Une nuit pour bâtir le cri

Tout public

L'histoire

Trois garçons sont réunis pour un ultime défi lancé à leur enfance : construire la maquette de l’île imaginaire, en une nuit.

 

Le temps s'égrène, impitoyable, et se pose comme le Maître du jeu. Si les garçons ne semblent pas en avoir conscience, le public ne peut oublier l'urgence du faire et les rappels à l'ordre temporels.

 

Les garçons commencent leur construction. De discussions techniques en digressions le jeu prend le contrôle et les amène à plonger toujours plus profondément au Pays Imaginaire. Leur île, territoire de fantasmes, oscille entre puissance d'agir et nostalgie. Travailler ou jouer, fuir ou grandir, imposer ou négocier, chacun d'eux sera tiraillé et naviguera en funambule sur l'étroit passage entre hier et demain.

 

Il leur faudra accepter le voyage et leurs transformations pour que la maquette surgisse du jeu collectif et que le cri, enfin, soit poussé. 

Écriture

La singularité de chacun des acteurs/créateurs (plasticien, musicien, auteur et metteur en scène) est mise au service de l’écriture collective. A travers cette écriture au plateau, Jabberwock défend le contraste et le jeu pour le jeu. Les acteurs passent ainsi d'un mode de jeu à l'autre, tantôt tout en retenu, tantôt dans l'explosion. 

Extrait

Je me suis dit que je tu n’étais pas réelle, que je t’avais imaginé, que tu étais pour de faux et qu’à force de raconter cette histoire j’avais fini par trop y croire. Je me suis dit que je m’étais trompé, que ce n’était pas ici mais à côté. Je me suis dit que j’allais m’oublier. M’oublier moi pour cesser d’exister 

Une nuit pour bâtir le cri 

 

Mise en scène : Juliette Salmon et Collectif Jabberwock

Interprétation : Julian Rouhet, Nicolas Beaufort et Enrique Blain

 

Production et Diffusion : Luc Reboullet 

 

Avec le soutien de : La ville de Bordeaux (Fond d'aide à la création), La Manufacture Atlantique, L'IDDAC, Le Plateau d'Eysines, L'espace Treulon, la Cie des Marches de l'été et le Théâtre des Chimères